Nous avons récemment lancé une série sur Diabetes Around the Globe parce que si le diabète ne discrimine pas, la vie avec le diabète semble très Nous avons commencé avec Mike, un expatrié britannique vivant en Espagne, suivi par Anke d'Allemagne.Aujourd'hui nous vous apportons Jamie, du Grand Nord Blanc a. k. une. Canada!

Jamie Naessens vit dans une petite ville de l'Ontario et travaille à Toronto. Elle est la mère d'un twentysomething et est mariée à un ex-pat américain. Jamie vit avec le diabète de type 1 depuis 21 ans et a pompé pour les quatre derniers. Attachez votre ceinture alors qu'elle nous fait une brève visite de ce que c'est que de vivre avec le diabète au Canada ...

Un commentaire de Jamie Naessens

Les Canadiens sont donc presque les mêmes que les Américains, n'est-ce pas? Sauf qu'ils ont des soins de santé gratuits, non?

Dans une ville comme Petawawa, vous pourriez entendre:

«Alors, comment ça va, hein? (Alors, comment allez-vous?)

"Si vous en avez un, j'ai besoin d'un ... loonie ( $ 1 pièce, nommé pour le huard gravé dessus ) pour ce parcmètre, ou un toonie ( pièce de 2 $, rimant bien avec le huard ) si nous devons attendre plus longtemps pour ce rendez-end endo. "

" Allons à Timmies ( Tim Hortons - Starbucks of Canada ) ensuite pour un double double "( café, double crème, double sucre ).

Et enfin, qui ne peut pas aimer un pays qui a des endroits avec des noms comme Spread Eagle, Conception Bay, et Dildo. Vraiment! Je ne plaisante pas.

Eh bien, maintenant que j'espère avoir votre attention, revenons à la question des soins de santé gratuits. C'est une bonne idée, et elle est en effet financée par les taxes, mais hélas, ce n'est pas gratuit.

La plupart des personnes touchées par le diabète savent déjà que le Canada est le lieu de naissance de l'insuline et que son découvreur, le Dr Frederick Banting, ne devrait pas être un joyau brillant. Eh bien, il y a peut-être un peu de ternissure sur cette couronne.

On pourrait raisonnablement se demander ce qui est couvert par le système de santé, malgré les différences provinciales. Les visites aux médecins et aux spécialistes, l'hospitalisation, la plupart des tests de laboratoire et d'autres tests diagnostiques sont couverts. Quelques provinces (pas beaucoup) paieront pour les pompes à insuline et les fournitures. Si vous avez la chance d'avoir des prestations d'assurance par l'intermédiaire de leurs employeurs, ils sont susceptibles d'être couverts pour les prescriptions, dentaires et autres «avantages». Mais ce n'est pas une donnée dans cette économie. Dans les provinces qui ne couvrent pas les pompes, les compagnies d'assurance peuvent prendre l'onglet pour les pompes et les fournitures.

Santé Canada régit les soins de santé et répartit le financement fédéral aux provinces et aux territoires. Maintenant, imaginez deux niveaux de participation du gouvernement avant que les soins ne soient donnés aux fournisseurs de soins de santé et aux patients - bureaucratique (l'orthographe voulue!).

Étant donné que les décisions concernant la couverture sont prises dans chaque province et territoire, la couverture est plutôt inégale d'un bout à l'autre du pays. Chaque province ou territoire couvre ce qu'il juge nécessaire, motivé par son propre programme et ses législateurs. Par exemple, ce qui est couvert en Ontario n'est pas nécessairement couvert au Québec. En outre, en raison de pénuries de médecins dans certaines régions, les temps d'attente pour voir des spécialistes peuvent dépasser 6 mois. Dans d'autres régions où les temps d'attente pour obtenir un médecin de famille peuvent être de deux ans ou plus, les visites dans les cliniques sont la norme.Inutile de dire que l'autogestion du diabète est essentielle.

Alors qu'en est-il de la nouvelle technologie? Il vient lentement et les fabricants doivent sauter à travers les cerceaux pour l'obtenir approuvé; les approbations fédérales et provinciales sont nécessaires, et l'étiquetage doit être en français et en anglais pour se conformer à notre législation linguistique. Cela peut certainement être décourageant.

La disponibilité de la technologie du diabète au Canada a pris du retard sur les États-Unis. Ce n'est que depuis quelques années que les pompes sont devenues plus courantes, mais leur utilisation est loin d'être la norme. L'utilisation continue du moniteur de glucose est encore plus lente. Les régimes provinciaux ne les couvrent pas. Les compagnies d'assurance sont lentes à les accepter, et très peu des plans les plus progressistes les couvriront. Si les pompes sont le nouveau venu sur le bloc, les CGM sont pratiquement absents.

Ce qui se passe, c'est que ceux qui en veulent doivent payer de leur poche. Dans le système actuel, il pourrait s'écouler des années avant que les CGM deviennent un outil indispensable pour les Canadiens. Ce qui est le plus alarmant, c'est le simple fait que les appareils qui pourraient éventuellement empêcher la fuite des soins de santé sont susceptibles de rester hors limites pour tous les Canadiens, sauf les plus chanceux.

Comme aux États-Unis, des changements doivent se produire au Canada. Cependant, les Canadiens ont tendance à laisser le système conduire le bus. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de gens qui font déjà du bon travail de représentation. Ils sont là-bas, à traîner dans la gadoue bureaucratique et la routine du système.

Bien que le Canada soit un peu plus grand que les États-Unis en termes de taille géographique, sa population est inférieure à celle de la Californie. Avec la population dispersée et les différentes couvertures provinciales, ces quelques âmes courageuses doivent se faire entendre - certainement un défi logistique pour coordonner les efforts pour dissiper les mythes du diabète et initier le changement dans un pays souvent opposé à ce changement.

Nos voisins du sud de la frontière ont droit au plaidoyer. Bravo au DOC dans le travail qu'il a accompli pour organiser une voix unie, faire une différence dans la communauté du diabète. En plus de nos propres efforts de défense des intérêts, je ne peux qu'espérer que les changements qui se produisent aux États-Unis déborderont de la frontière, ce qui fera une différence positive au Canada.

Et maintenant vous connaissez des notions de base sur les soins de santé au Canada. S'il faut en tirer quelque leçon, c'est le Canadien Tommy Douglas, le père de l'assurance-maladie canadienne:

~ Tommy Douglas (1904) -1986), chef du Nouveau Parti démocratique et 7e premier ministre de la Saskatchewan

Êtes-vous l'un des lecteurs internationaux de la mine? Nous aimerions vous présenter votre pays et vous! S'il vous plaît envoyez-nous une note à info @ diabetesmine. com. Merci!

Avis de non-responsabilité

: Contenu créé par l'équipe de la mine Diabetes. Pour plus de détails cliquer ici. Avis de non-responsabilité

Ce contenu est créé pour Diabetes Mine, un blogue sur la santé des consommateurs axé sur la communauté du diabète. Le contenu n'est pas examiné médicalement et ne respecte pas les lignes directrices éditoriales de Healthline.Pour plus d'informations sur le partenariat de Healthline avec Diabetes Mine, veuillez cliquer ici.